Derrière Monsieur X, un mythe

  • par

Ciel bleu sur le Théâtre de l’Atelier depuis que Marc Lesage a pris la direction de ce théâtre bi-centenaire de la butte Montmartre en 2019. Nous avons célébré l’entame du réveillon avec Monsieur X, un spectacle écrit et mis en scène par Mathilda May. Du haut de ses 85 ans et seul sur scène, Pierre Richard ouvre les portes d’un monde magique débordant de poésie. Chapeau l’artiste !

@ Pauline Maillet

Ce changement de cap artistique a des airs de tout pour le tout puisque l’administration a déjà failli mettre un terme à deux cents ans d’histoires théâtrales pour des raisons financières. Dans son jus, la salle conserve les traces de son histoire. La nouvelle programmation plus audacieuse draine un public familial avec des spectacles de qualité pour tous. Dans l’esprit de Bells and Spells (M a écrit) et de Circus IncognitusMonsieur X enrichit le genre hybride entre la magie et le clown.

Pour lancer le spectacle, Mathilda May remercie les spectateurs d’avoir braver les transports en commun en berne. La bonne année étant souhaitée, la magie peut prendre !

Donner vie aux objets

L’illusion est immédiate. Alors que Monsieur X dort dans son lit douillet, une lumière lui chatouille le visage. Comme s’il s’agissait d’un moustique, il la balaye de la main. Finalement, il se réveille en emportant dans son élan les objets autour de lui. Les ressorts de son lit couinent à chaque mouvement et la bouilloire chante.

@ Pauline Maillet

De cette apparente solitude, le vieux bonhomme s’est créé un univers peuplé de rêves. De maladresses en bizarreries, un dialogue s’établit entre les objets et ce gentil clown à la manière d’une partition musicale. Au fil de la journée, un langage gestuel mêle l’absurde et l’innocence. Le courrier parle. Les tableaux s’animent. La lampe danse. La conversation glisse toutefois dans une douce ritournelle qui s’essouffle sur la durée. Le temps s’étire. L’ennui s’installe légèrement sur la fin. On s’accroche à l’histoire pour ce grand personnage-comédien qu’est Pierre Richard.

Pierre Richard, une mythologie

Dans cet univers mystérieux, se dégage la maladresse naïve de Monsieur X, un personnage joyeusement distrait. Entre Tati et Chaplin, Monsieur X épouse la figure de Pierre Richard, celui du Grand blond avec une chaussure noire ou de La Chèvre. Le mythe de l’innocente maladresse. Dans la mémoire collective, Pierre Richard incarne la distraction naïve.

@ Pauline Maillet

Un mythe que Roland Barthes aurait pu intégrer dans ses Mythologies. Barthes définie le mythe comme un système de communication, un message qui repose notamment sur deux composants. Le signifiant, Pierre Richard et le signifié, l’homme élancé aux yeux bleus, au visage souriant et naïf. Deux composants de la mythologie Pierre Richard, l’innocente maladresse.

Dans le langage populaire, Pierre Richard est devenu une expression pour qualifier une personne dans la lune. Fabriquée ou naturelle, cette maladresse dépasse le personnage puisqu’aux saluts, le comédien trébuche sur un objet abandonné au sol. Ses vœux de bonne année sont inaudibles tant sa voix est recouverte par les applaudissements. On est sous le charme au point d’oublier la longueur finale.

Ce petit rayon de soleil a de quoi donner de l’espoir pour dynamiser ce joyau théâtral de la butte Montmartre. Il y a un siècle, Charles Dullin, un grand homme de théâtre, l’avait baptisé alors Théâtre de l’Atelier. Seuls, en couple ou en famille, Monsieur X est une bulle de magie dans cet écrin montmartrois. Le spectacle sera présenté jusqu’au 8 mars 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *